TERRAIN MINÉ de Steven Seagal (1994)


Quand un méchant industriel « qui ne respecte pas la terre » décide d’implanter sa plateforme pétrolière dans les magnifiques paysages glacés de l’Alaska, le sang et surtout les biscotos d’un expert en pétrole (comme par hasard ancien soldat d’élite) ne font qu’un tour !
Merci à Steven Seagal, acteur, producteur et réalisateur de ce film (n’en jetez plus la coupe est pleine !) d’avoir eu le courage et l’honnêteté de nous annoncer la couleur dès le titre.
C’est effectivement en Terrain miné que le spectateur s’aventure, assistant à un florilège de ce qui s’est fait de plus pitoyable dans le cinéma d’action américain des années 90.
Terrain minable car, sous prétexte d’un soi-disant message écologique, Steven Seagal filme mollement une intrigue destinée principalement à le mettre en valeur. Il y enchaine donc les bastons avec sa légendaire inexpressivité bovine. Un peu comme s’il se demandait si il avait bien fermé le gaz pendant qu’il vous pète un bras !
Mais bon, comme dit l’un des méchants : « Peu importe qui il est, c’est un putain de problème ! »
Effectivement, c’est aussi en terrain minant que nous convie le « tape sans rire » Steven Seagal en invitant le grand Michael Caine à jouer avec lui. Les cheveux bruns (!!!) et le teint cireux, Caine cabotine comme une âme en peine en attendant une mort certaine. (Il avouera d’ailleurs, quelques années plus tard, avoir accepté le rôle alors qu’il était dans le creux de la vague. Regrettant, au passage, d’avoir brisé une des règles d’or de l’acteur se commettant dans un navet, à savoir : « Si vous acceptez un mauvais film, faites le, au moins, dans un endroit superbe ! »).
Cependant, pour peu que l’on soit dans de bonnes dispositions (à savoir avec une bande de copains et un bon verre de vin à la main), on peut trouver en Terrain miné un terrain marrant : les dialogues !
Inconscience, lucidité ou humour involontaire des dialoguistes ? Peu importe… On assiste ici à un festival de répliques poilantes « au service » d’un grand professionnel.
J’en veux pour preuve cette magnifique tirade d’un des mercenaires – à propos du héros – que je vous livre, ici, in extenso :
« Mon contact à Washington dit qu’on a pas affaire à un élève mais qu’on a affaire au professeur. Quand l’armée monte une opération qui doit pas échouer c’est à lui qu’ils font appel pour entrainer les troupes, d’accord ? C’est le genre de type qui boirait un bidon d’essence pour pouvoir pisser sur ton feu de camp. Ce mec là, tu le largues au pôle nord, sur la banquise, avec un slip de bain pour tout vêtement, sans une brosse à dents, et demain après midi tu le vois débarquer au bord de ta piscine avec un sourire jusqu’aux oreilles et les poches bourrées de pesos. Ce type là est un professionnel ! »
Qui dit mieux ?

Cliquez ici pour avoir la preuve en image.

Haut de la page d’accueil

Advertisements

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. reno
    Mar 24, 2011 @ 22:17:31

    Défense des minorités (pas toujours visibles) et, si je me souvient bien, une belle tirade écologiste en fin de film
    Au moins c’est un discours à la portée du « redneck moyen » — et en terme de vulgarisation on a vu pire et bien moins intéressant…
    Non, franchement, je trouve le gars Steven Seagal bien moins bourrin qu’il ne parait.
    Les messages écolo/humaniste passe et c’est bien là l’essentiel et sans doute le but recherché.
    ..Et puis un chanteur de blues ne peut pas être profondément méchant.

    Répondre

  2. jibé
    Mar 28, 2011 @ 10:41:17

    Aaaaah ouiiiii !
    C’est le film qui nous a fait croire à tous que Steven seagal souhaitait réellement utiliser son succès pour militer et se payer une (assez) bonne équipe technique…
    On s’est presque fait avoir. Mais si vous voyez « killing point », sorti il y a deux ans environ, c’est une horreur ! Je l’ai vu en long en large et en travers, pour des raisons professionnelles, je tiens à le dire.
    Le discours d’autodéfense a sauté d’un cran, et notre « sauveur de la nature » est devenu juge/bourreau sans état d’âme. Bref, ce qui sous-tendait dans « terrain miné » a éclaté dans les années suivantes…
    Dommage, on aimait bien regarder les films un peu bourrins de ce défenseur musclé de la nature 🙂
    JB

    Répondre

  3. GUDULE
    Oct 23, 2012 @ 10:36:15

    Et dire qu’il y a des gens qui payent pour voir ça…
    C’est l’occasion de citer le grand philosophe du vingtième siècle, Michel Gérard Joseph Colucci, dans son oeuvre Misère (1979) : « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas ! »
    Il avait dit aussi « De toute façon ça va pas durer ! Attendez que la gauche passe ; en 2012 ! Vous allez voir ! Attendez que la gauche passe… Mireille Mathieu, tout ça… au Goulag »…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :