LE PRESTIGE de Christopher Nolan (2006)


A l’origine spectacle de foire, le cinéma est un peu le frère jumeau de la magie avec sa façon similaire de jouer sur la dissimulation et l’artifice pour émerveiller le public et lui donner la sensation du réel. Pourtant, si la magie s’est souvent servie du cinéma pour réaliser ses tours, il est étonnant de constater que l’inverse est moins vrai et que, depuis Mélies, assez peu de films ont abordé les rivages du monde de l’illusion. La crainte, sans doute, de dévoiler au public les trucs et astuces des magiciens et d’en briser leur attrait. En résulte des films qui s’intéressent plus aux à côtés de l’illusion qu’à la magie en elle même.
Dans le meilleur des cas, on se focalise sur le magicien plutôt que sur ses tours, comme ce fut le cas dans Houdini, le grand magicien (1953), un film de George Marshall avec un étonnant Tony Curtis dans le rôle principal. Mais bien souvent, la magie n’est qu’un « gadget » qui permet de pimenter un scénario un peu fade. C’est le cas ici avec cette histoire de rivalité professionnelle et amoureuse entre deux magiciens.
Certes, la reconstitution du Londres du XIXème siècle est magnifique et les acteurs sont tous excellents (de Hugh Jackman à Christian Bale en passant par Michael Caine et Scarlett Johansson), mais l’histoire ne tourne qu’autour d’un fameux tour dont le truc est rapidement éventé.
Sans soute conscient de la pauvreté de son matériel, le réalisateur s’évertue à le masquer grâce à un montage alambiqué rempli de flash-back qui, s’ils convenaient bien à un film comme Mémento, alourdissent ici inutilement l’action.
Quant à la pirouette finale, faisant appel au fantastique, elle prouve, si cela était encore nécessaire, l’incapacité qu’à Christopher Nolan d’exploiter jusqu’au bout son sujet.
Bref, le grand film sur la prestidigitation semble encore une illusion et attend toujours le magicien qui la mettra en valeur !

Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

Advertisements

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: INSAISISSABLES de Louis Leterrier (2013) | Cinéluctable
  2. Le Chat du Cheshire
    Sep 26, 2013 @ 12:04:57

    J’ai adorée du début à la fin, mais je ne suis pas très objective lorsqu’il s’agit de Nolan ;). Pour mieux se rendre compte de son talent, à voir absolument Memento, Following, Inception et Batman 🙂 !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :